Le cimetière militaire de Gaza « Gaza War Cemetery » est situé au bord de l’autoroute à l’est de la ville de Gaza, dans la région d’al-Zawayida. Ce cimetière regroupe des soldats de nationalités et de religions variées : il abrite 4 000 sépultures de combattants Juifs, Musulmans, Chrétiens ou Hindous, tous originaires de différents pays. A 76 ans Ibrahim Jarada en est le gardien et ce  depuis ses 18 ans. C’est une mission qui se transmet de père en fils.

cimetiere de gaza

Un cimetière établi par les forces de la coalition

On peut lire graver à l’entrée du cimetière en langue anglaise, arabe et en hébreu : «   Le terrain du cimetière est un don du peuple palestinien désireux de rendre hommage et de commémorer la mémoire des soldats alliés, morts pendant la guerre de 1914 – 1 918 ».

Les archives du cimetière militaire de Gaza racontent l’histoire de ces soldats qui se sont battus aux côtés des forces alliées entre 1914 et 1918 contre l’empire Ottoman. Elles font référence à des batailles violentes (batailles de Wadi Gaza et de Mantar). Le front fut leur dernière demeure. Les forces de la coalition (le Commonwealth) a alors établi un cimetière « Le cimetière militaire de Gaza » pour les enterrer. On retrouve à ses côtés un cimetière anglais de 750 tombes.

Visite du « Gaza War Cemetery »

Dés l’entrée du cimetière, on est ébloui par la beauté du lieu qui s’étend sur quarante kilomètres carrés. Des rangées de cyprès bordent l’allée jusqu’au portail principal sur lequel est inscrit «  Gaza War Cemetery ». Les fleurs sont éclatantes, la pelouse est verdoyante.

Dans la partie Est de la nécropole au milieu des palmiers on retrouve une vingtaine de tombes récentes de soldats canadiens ayants appartenus aux forces internationales de maintien de la paix. Ces troupes conduites par la France, Israël et la Grande-Bretagne contre l’Égypte étaient venues à Gaza entre 1956 et 1966.

À proximité on retrouve les sépultures des soldats indiens venus combattre lors de la Première Guerre Mondiale, parmi eux une douzaine de soldats Musulmans. Tous sont enterrés selon leurs traditions et leurs croyances. Les gouvernements respectifs ont demandé à ce qu’ils soient tous répartis selon leurs croyances, même si la séparation entre les tombes est minime.