Le choix de la matière de la pierre tombale est déterminant à la fois pour l’aspect visuel et financier. Cette décision aura également des conséquences pour l‘entretien futur de la sépulture. Granit, pierre ou encore marbre : découvrez les avantages et inconvénients de chaque matière.

Le granit, le bon compromis du prix et de l’allure

On parle de marbriers pour désigner les professionnels chargés de réaliser les monuments funéraires. Pourtant, contrairement à ce que leur métier laisse entendre, ces personnes manipulent davantage le granit que le marbre.

A l’heure actuelle, la Chine et l’Inde sont les deux plus grands exportateurs de granit au monde, ces fournisseurs étant complétés par l’Espagne, le Brésil et l’Afrique du Sud. En France, la Bretagne et le Tarn fournissent une grande partie du granit français : ils fournissent du granit gris et noir.

L’un des principaux avantages du granit est qu’il nécessite peu d’entretien, sa grande dureté la protégeant contre les intempéries et la végétation. Une fois poli, un simple nettoyage à l’eau claire suffit pour en retirer la plupart des tâches. Et si l’on excepte le granit gris, qui peut jaunir dans les zones géographiques les plus polluées, la couleur du granit dispose d’une excellente stabilité dans le temps.

C’est également un matériau qui se décline dans une myriade de couleurs. Le granit peut ainsi être gris, blanc, mais aussi vert, bleu ou rose. Il n’est d’ailleurs pas rare que le coloris d’un granit puisse être relié à son origine : le granit Romantica, par exemple, est un granit à la fois rouge et gris venant d’Inde.

Enfin, si le granit dispose d’un charme certain, il est le plus souvent retenu pour son prix inférieur à celui d’un marbre. Néanmoins, ce prix dépend du coloris affiché et de la nature de la prestation : si l’on comptera 900 euros au minimum pour un marbre gris venu du Tarn, les sépultures d’un noir profond et réalisées sur mesure peuvent atteindre les 5 000 euros. Dans ces conditions, il peut parfois être plus onéreux qu’une sépulture en pierre ou en marbre.

Le granit ne demande aucun entretien, il ne faut pas le nettoyer avec de la cire comme un meuble. C’est un matériau naturel poli donc il ne faut rien mettre dessus mise à part de l’eau. Il est aussi déconseillé de frotter.

Voir des exemples de tombes en granit

Le granit gris peut parfois jaunir avec la pollution, le granit rose peut s’éclaircir et le noir ne bouge généralement pas. Les avantages du granit dépendent de la finition : lorsque le granit est poli, il nécessite un entretien très simple avec une simple éponge et de l’eau.

La Chine et l’Inde étant les 2 plus grands exportateurs de granit. En effet en Asie, il y a une très importante culture de la sculpture. Les couleurs du granit révèlent généralement son origine : le bleu pour la Scandinavie, le rose pour la Chine, l’Inde, l’Espagne, le Brésil ; le noir pour la Chine, l’Inde, l’Afrique ; enfin le gris pour le Tarn ou la Bretagne. Le granit du Tarn étant généralement moins onéreux et plus résistant.

Chaque type de granit est extrait d’une carrière, puis transformé en bloc qui est saboté puis poli pour être transformé en monument funéraire. En savoir plus sur la pierre tombale en granit.

La pierre

Dans le secteur funéraire, on désigne par « pierre » une roche essentiellement calcaire et à haute densité. La Chine dominant le marché international de la pierre, elle est une nouvelle fois à l’origine d’importantes exportations. Néanmoins, la France compte aussi ses propres carrières et bassins d’extraction dédiés aux roches ornementales et de construction. Les carrières calcaires françaises sont ainsi nombreuses en Bourgogne et autour du Massif central.

Elle dispose d’une plus grande diversité de couleurs, bien qu’elle soit moins variée que le granit. Pour personnaliser votre monument funéraire, vous pourrez ainsi choisir une pierre rose, grise ou blanche par exemple.

Cette pierre est plus onéreuse que le granit. Mais le principal défaut d’une sépulture en pierre est sa fragilité et sa porosité, qui implique davantage d’entretien. Ce matériau étant plus poreux que le granit et le marbre, il souffre de tout ce qui s’y dépose. La végétation, par exemple, se glissera dans ses interstices et risque d’abîmer le monument lorsqu’elle sera retirée. La pollution et la poussière finiront par le noircir. En outre, la pierre a plus de risques d’être tâchée, et est plus sensible aux infiltrations d’eau.

Lorsqu’un monument est réalisé en pierre, il n’est pas rare que la semelle soit malgré tout construite en granit, afin d’améliorer la solidité de l’ensemble.

Pour toutes ces raisons, la pierre est rarement privilégiée. Elle peut être retenue dans certains cimetières recherchant une homogénéité ou le respect de tombes appartenant à des personnages historiques. Dans ce genre de cas, la commune peut même imposer l’utilisation de la pierre pour la conception du monument.


VOUS SOUHAITEZ EN SAVOIR PLUS SUR L’ENTRETIEN D’UNE TOMBE ? Cliquez-ici !


Le marbre, à la fois plus rare et plus onéreux

De plus en plus rarement utilisé, le marbre est néanmoins toujours proposé par la plupart des travailleurs du funéraire.

Son principal avantage est son allure sans égal. Il dégage encore aujourd’hui une certaine noblesse, celle-ci étant partiellement due au fait que le marbre a été historiquement utilisé par des artistes réputés. Michel-Ange, par exemple, s’en est servi pour réaliser la Pietà ou sa statue de David.

Toutefois, le marbre compte également de solides inconvénients par rapport au granit. Le premier est son prix, le modèle le plus économique s’établissant autour de 2 000 euros et pouvant ensuite dépasser les 15 000 euros. Le matériau affiche aussi un choix restreint de couleurs : seules des nuances de gris, de noir et de blanc sont proposées. Enfin, le marbre affiche une relative porosité qui l’empêche de bien résister à l’usure du temps. Cette caractéristique doit également vous inciter à utiliser les bons produits lors de son nettoyage.

Ainsi, l’allure et le charme historique du marbre ne suffisent plus aujourd’hui à convaincre le public, qui s’en détourne et préfère le granit. Il est encore retenu pour la réalisation de petits ouvrages et d’accessoires funéraires (urnes cinéraires, plaques mémorielles, vases, etc). Il est également utilisé dans d’autres secteurs d’activités, par exemple dans la réalisation de salles de bains.

On notera d’ailleurs que les professionnels évoquent encore « un marbre » pour désigner les monuments funéraires. En cas de doute, n’hésitez pas à vous renseigner sur le matériau utilisé pour l’édifice auprès de professionnels.

Parmi les principaux fournisseurs mondiaux, la Chine garde la tête. L’Inde est également un grand acteur international, mais elle n’est cette fois que 4e sur ce marché, devancée par la Turquie et l’Italie. Ce dernier pays est particulièrement connu pour le marbre de Carrare, une petite ville de Toscane proche des Alpes. La France possède également quelques carrières de marbre, comme la carrière de marbre gris située à Caunes-Minervois, dans l’Aude.


Sachez enfin que d’autres matériaux, comme le grès, le verre ou divers matériaux métalliques peuvent être ponctuellement utilisés pour la réalisation d’édifices funéraires. Si vous souhaitez un monument de ce genre, il vous faudra demander un devis auprès d’un marbrier. Le plus souvent, les tombes que vous rencontrerez auront toutefois été fabriquées en granit, en marbre ou en pierre. Aujourd’hui, les avantages du granit continuent de convaincre de plus en plus de personnes. Mais pour des raisons diverses, vous pourriez avoir besoin d’une conception en marbre ou en pierre.