Quelque soit le matériau utilisé, le monument funéraire se compose de plusieurs pièces destinées à être assemblées pour former un ensemble : la tombe.

Ces pièces sont monolithes (constituées d’un seul bloc) ou en plusieurs éléments suivant la nature du matériau utilisé ; mais en règle générale, le monument funéraire est constitué de :
exemple tombe funeraire composition d'un monument funéraire

1 – La semelle

C’est la partie horizontale qui forme l’assise du monument. Elle peut être constituée de plusieurs parties ou monolithe. La semelle est obligatoire dans les cimetières parisiens, soit en ciment ou obligatoire en granit dans certains cimetières si c’est une concession perpétuelle. La dimension est imposée par le cimetière par rapport à la taille du terrain. Dans les vieux cimetières chaque terrain a une dimension bien spécifique.

2 – Le soubassement

Aussi appelée « parpaing », le soubassement peut être composé de quatre ou cinq pièces mais peut également être en un seul bloc (monolithe). Il constitue la base du monument funéraire. Généralement la hauteur du parpaing varie de 15 à 22cm. Bien évidemment plus la hauteur est importante plus le prix sera élevé. On peut éventuellement y introduire une jardinière ou une marche.

3 – Le socle et la stèle

C’est l’élément vertical destiné à recevoir l’épitaphe et/ou l’ornement. La stèle peut prendre diverses formes en fonction de la demande des proches. Les familles privilégient généralement les formes classiques aux formes modernes et originales. Les stèles classiques mesurent généralement entre 85 et 92 cm de largeur pour une hauteur de 80cm à 2m. Sa hauteur varie bien entendu en fonction de la hauteur et de l’épaisseur du soubassement.

4 – La tombale

C’est l’élément horizontal recouvrant tout ou partie de la sépulture. Ses formes et dimensions peuvent également varier. La tombale avec le dessus à plat à pentes étant la plus demandée par les familles. Il existe aussi des tombales plus épaisses à dessus plat : le soubassement étant dans ce cas là remplacé par la tombale. C’est la partie que l’on ouvre lorsque l’on inhume dans les cimetières parisiens. En province, on ouvre par devant ou on démonte la totalité.

L’ajout d’une jardinière ou d’un prie-Dieu constituera un supplément dans le devis proposé par le marbrier tout comme la gravure de la pierre tombale.